Gérard, entre terroir et patrimoine

Gérard Depardieu

2 min read

Le Depardieu est un animal rare en voie d’extinction. Avide de sensations fortes, il est rassasié grâce à de nombreux voyages dans un petit état à l’autre bout du monde : l’état d’ébriété. On le retrouve souvent dans des situations dantesques porté par un Whisky prioritaire. C’est comme le Lerdamer, s’il n’en a pas il fait un malheur. Animal loin d’être solitaire, il enchaîne les jeux de cartes pour boire un peu plus à chaque tour. Même effet que l…’Axe : plus t’en mets, plus t’en as. Son leitmotiv tiré d’une marque réputée remplace le « Durex » par un « Flash de Sky », pour faire durer le plaisir. Venez comme vous êtes chez lui, c’est tout ce qu’il aime, un melting pot de bouteilles vous attend.

Mais en soirée avec le Gege, c’est à fond la forme ! Noyez vous dans son « 20 ans d’âge », et faites partie de sa clic pour lutter contre l’autre clan, Campbell. « 5 ‘teilles de Ballantine’s » ? Guizmo n’a qu’à bien se tenir. Le corps du Gérard Depardieu a déclaré Label 5 source officielle de jeunesse. Il boit, et ça repart ! Il mange un Mars, le vomi, et ça dure ! Duracell dans le cerveau, branché sur un voltage pharaonique, sur-excité h24, on peut en arriver à croire que Gérard est insomniaque. De ce fait, une théorie farfelue estime qu’il décède s’il passe sous la barre fatidique des 1.3 grammes. Mais la maladie ne l’atteint pas, il vit aussi au-dessus des lois, en atteste ses évasions fiscales avérées et répétées, sa seule limite est son foie. Heureusement, il se régénère, inlassablement.

Un régime sur mesure

Alors quand il lui fait la gueule, il y a toujours une petite cigarette aromatisée pour détendre l’atmosphère. Car pour remplir un estomac très demandant, une délégation de chefs Michelin accompagne l’artiste dans ses déplacements pour rassasier l’animal. 400g de côte de boeuf accompagnée d’un pinot noir de Romanée Conti, à 15 000€ la bouteille, et ce 3 fois par jour, font l’affaire. Néanmoins, Gérard s’en tape allègrement les couilles par terre, puisqu’en étant Russe c’est ce qu’il économise chaque semaine en ne payant pas d’impôts en France.

Battons-nous et sauvons cette espèce, parce qu’il le vaut bien, WWF !