Jean Dujardin, un artiste complet à la française.

Jean Dujardin

3 min read

Ne vous détrompez pas, nous n’allons pas parler de Jean de la Fontaine, Jean Lassalle (c’est pas l’envie qui nous manque) ou Jean II Makoun mais bien de Jean Dujardin. De surfeur surdoué à espion chevronné, en passant par gendre idéal et star du cinéma muet, Jean Dujardin a tout réussi. Il vous fascine ? Ca tombe bien, on va parler de lui ! Et si vous ne l’appréciez pas, nous respectons votre choix. Mais en même temps, ce n’est pas le notre. Donc ce n’est pas le bon. Une tête qui va bien avec son corps, une personnalité fascinante ; nul doute qu’existent des amicales de ses fans, des clubs et peut-être même des associations. Il fait partie de ces français qui rayonnent, comme le crâne de Zizou, qui embellissent le monde, comme l’amour, l’art, la Terre, nous et lui. Surtout lui.

Graine d’Artist

A la base il voulait faire le bien autour de lui. Cela n’a pas été possible pour deux raisons : on l’en a empêché et il a aussi un peu abdiqué. En revanche, il n’a pas abdiqué sur la créativité, qui n’est pourtant pas un boulot facile. Rien ne lui promettait un Oscar quand on le voit en 1998 être révélé par Graines de Star sur M6. Emission qui, rappelons le, a fourni aux français la crème de la crème : Eve Angèli, Willy Denzey ou encore les Poetic Lover.

Véritable couteau suisse du cinéma, Jean a pourtant commencé sa carrière avant Graine de Star, en tant que serrurier. Des compétences qui lui ont permis d’ouvrir les portes du succès, et d’ensuite gagner beaucoup d’argent (comme ces voleurs de serruriers d’ailleurs – no offense si tu es serrurier de père en fils). D’après notre (contre-)enquête, l’argent gagné a été dépensé dans sa chevelure, pour parer à une calvitie naissante depuis 20 ans, faisant de cette calvitie un modèle du genre, arrêté dans le temps. Ah, si j’étais riche…

Un serial séducteur reconnu

Son ascension du cinéma français au cinéma international s’est faite de manière fulgurante, The Artist ayant été la rampe de lancement. D’Albert Dupontel à Georges Clooney, de Paris à Hollywood, d’Alexandra Lamy à Nathalie Péchalat (et oui mesdames, Dujardin est pris, vous pouvez pleurer dans vos petits mouchoirs)… Un homme à la hauteur de ces femmes puisqu’il leur a mis plusieurs fois 9 mois ferme. Il a choisi pour ses enfants une vie à l’abri des regards indiscrets (de toute manière on s’en contrefiche). En quelques années la fusée Jean Edmond est partie de Terre pour rejoindre d’autres sommets. Il atteint son Himalaya en 2012 en remportant l’Oscar du meilleur acteur.

Jean l’a ramené en Françe comme un héros. Comme quand les bleus ont dévalé les Champs-Elysées en bus à 80km/h, l’effervescence en moins, la grande fête en moins et l’ivresse en moins. Mais pour lui aussi, j’érigerai une statut à son effigie. A côté de celle de Zidane et du nez de Depardieu (le nez demande déjà beaucoup de travail, un visage entier coûterait trop cher). Les ambitions de notre Artist préféré font de lui un être à part et une personnalité largement appréciée. Il est au cinéma français ce que Rocco Siffredi est au cinéma d’un autre genre : un Monuments Men.