MSN et ses wizz nous manquent

En deux mots : les réseaux sociaux

3 min read

On s’est demandé ce qu’on pensait des réseaux sociaux. Si on devait en parler 2 minutes, qu’est-ce qu’on en dirait ? Vous allez le voir, nos avis divergent et surtout, nos cerveaux sont loin d’être similaires… les idées sont différentes et le sujet étant vaste, nos textes n’ont pas grand chose en commun.

On récupère MSN, on donne Snapchat

On va pas se le cacher, la majorité d’entre nous a commencé à s’envoyer des wizz sur MSN. C’est comme ça qu’on se donnait rendez-vous les mercredi après-midi et qu’on apprenait que Kévin sortait avec Brenda. On mettait 3 heures à choisir notre statut alors que maintenant on utilise Facebook pour vendre nos vêtements défraîchis. Ce même Facebook était bien plus communautaire, avec de vrais cercles d’amis. On avait d’ailleurs toujours ce pote qu’ajoutait tout le monde pour arriver à 1000 amis. Le même qu’échangeait des com’ sur les Skyblog. Maintenant ça se résume à des memes pour faire boire un peu plus son pote le samedi, ou pour affirmer sa supériorité à Fifa.

On avait bien Snapchat en échappatoire mais ils ont tout foiré avec leur màj, on s’est tous rabattu sur Insta à suivre des bimbos russes à 1m followers qui ne sont jamais sorties de leur toundra. Le vrai c’est Twitter, aucun changement notable, c’est le top pour être à l’affût des dernières infos, pour faire croire les premières Fake News venues et créer en 10 minutes un tsunami d’insultes. Maintenant que l’offre est aussi large que le nez de Depardieu, on suit tous nos YouTubeurs préférés sur Twitter. Et comme ils se mettent tous à Fortnite, on file tous sur Twitch les follow. La vidéo est devenu un grand réseau social en réalité, avec plein de rejetons que les plus jeunes s’arrachent à la Musical.ly, c’est la nouvelle race de One Directionner.

Vétérinaire ou influenceur ?

Complètement omniprésents dans nos vies, aujourd’hui les réseaux sociaux sont clairement le prolongement de notre main. Le portable toujours à portée de pouce on peut savoir tout, sur tout, à tout moment. Combien de paris ont été joué, et combien de shots ont été bu sur le gagnant du Ballon d’Or 2001 ? (La réponse est en bas de l’article). Bon le souci c’est qu’on ne réfléchit plus, c’est tellement plus simple de dégainer son GSM et d’avoir la réponse quasi instantanément. Mais il faut savoir vivre avec son temps. La génération de nos grands-parents ne comprend pas notre addiction, et nous le font souvent remarquer.

Mais la réalité est qu’aujourd’hui les réseaux sociaux dirigent nos vies. Et ils dirigeraient les vies de toutes les générations ayant connu une telle avancée technologique. En plus d’être utile pour publier une story quand tu vas faire ton premier footing depuis six mois, pour faire croire à ton crush que t’es sportif de fou, les réseaux sociaux sont devenus pour certains de véritables sources de revenus. Elle est bien loin l’époque où Mme Clémot nous demandait ce que l’on voulait “faire comme métier plus tard”, et que l’on voulait tous être pompier, footballeur ou vétérinaire. Aujourd’hui tout le monde voudrait être influenceur.

PS : c’était Michael Owen, bien ouej si tu l’avais.